Le voyage intérieur - Conte de l’île inconnue

Aller au contenu

Le voyage intérieur - Conte de l’île inconnue

Enfance et Parentalité
Publié par Pascal Patry dans Psychothérapie · 30 Août 2021
Tags: Psychothérapie
Le voyage intérieur

Donne-moi  un bateau,
Et  pourquoi veux-tu donc un bateau, peut-on le savoir, tel fut en effet ce que le  roi lui demanda [...]
Pour  me lancer à la recherche de l’île inconnue, répondit l’homme.
Quelle  île inconnue, demanda le roi en déguisant son rire, comme s’il avait devant lui  un fou délirant, un de ces fous qui ont la marotte de la navigation et qu’il ne  faut surtout pas contrarier dès l’abord.
L’île  inconnue, répéta l’homme,
Sottise,  il n’y a plus d’îles inconnues,
Qui  t’a dit, ô roi, qu’il n’y a plus d’îles inconnues,
Elles  sont toutes sur les cartes,
Sur  les cartes il y a seulement les îles connues.
Et  quelle est donc cette île inconnue que tu cherches,
Si  je pouvais te le dire, elle ne serait plus inconnue.
Qui  t’en a parlé, demanda le roi, à présent plus sérieux,
Personne,
Dans  ce cas, pourquoi t’obstines-tu à dire qu’elle existe,
Simplement  parce qu’il est impossible que n’existe pas une île inconnue.

Le conte de l'île inconnue
José SARAMAGO

L’inconscient, cet inconnu !

Notre univers conscient est en permanence à l’affût et en quête des secrets et des énigmes que pourrait lui révéler l’inconscient. C’est pourquoi notre inconscient nous invite à une odyssée intérieure qui consiste à accepter de faire l’expérience complète et totale de « qui nous sommes vraiment ».

« Deviens ce que tu es » dans l’humain et le divin qui englobe et constitue la totalité de ton être.

C’est en ces termes que peut être résumée la psychologie des profondeurs de Carl Gustav Jung. En effet, contrairement à Sigmund Freud, Carl Gustav Jung postule l’existence de l’âme humaine au sens où cette dernière peut se relier à plus grand qu’elle.

Le mot âme renvoie à un principe spirituel de la vie et de la pensée conçue comme immortel. Carl Gustav Jung dira qu’il n’est pas facile d’entrer en contact avec cette partie immortelle en nous. Or, l’inconscient recèle bien des secrets sur l’immortalité de l’âme humaine.

Carl Gustav Jung dira à ce sujet :

Nous sommes ce couple de jumeaux, dont l’un est mortel et l'autre immortel, qui sont toujours ensemble et qui pourtant ne peuvent être totalement réunis. Les processus de métamorphose cherchent à nous rapprocher de cette relation intérieure ; mais la conscience éprouve des résistances parce que l’autre en nous paraît étranger et effrayant et, comme nous ne pouvons pas nous habituer à l'idée de ne pas être l'unique maître dans notre propre maison, nous préférerions n’être jamais que notre « moi » et rien par ailleurs. Nous sommes confrontés avec cet ami ou ennemi intérieur et il dépend de nous qu’il soit pour nous, un ami ou un ennemi.

Il va sans dire que chez Carl Gustav Jung le rapprochement de la partie mortelle avec la partie immortelle ne peut pas se faire sans un sens profond du religieux.

Rappelons l’origine latine du mot religion : Du latin religio, ‘attention minutieuse’. D’autres étymologies sont attribuées au mot religion par Cicéron et Lucrèce : relegere « recueillir, rassembler  » pour le premier et religare « relier » pour le second. Source : le Grand Robert de la langue française.

En travaillant sur soi, qu’il s’agisse de psychologie ou de psychanalyse, deux termes issus du grec psukhé, la quête de l’inconscient est la quête de l’âme. C’est pourquoi, dans le conte de l’île inconnue, un homme demande au roi de lui donner un bateau pour partir à la rencontre de lui-même. C’est l’image du chemin pour naviguer vers soi.

Le processus d’individuation, c’est-à-dire le processus qui fait de nous des êtres individués, libres et sans contrainte, est relaté dans de nombreux récits mythologiques ou les péripéties de l’amour et de l’âme finissent par les faire se conjoindre et ne plus jamais se quitter. Il n’y a qu’avec un accord de l’amour et de l’âme qu’un bonheur serein et durable peut être trouvé.

Il s’agit, pour de nombreux héros, d’aller au-delà de l’image première, de dépasser les reflets mensongers, franchir le cap des projections complaisantes et déformantes, distancer tous les faux-semblants pour enfin se découvrir véritablement au fur et à mesure des épreuves. Il s’agit là d’un travail sur l’ombre dont je reparlerai ultérieurement.

La psychologie puise ses fondements dans la philosophie. Elle fait l’étude scientifique des phénomènes psychiques sur le plan humain, animal, social et comportemental des êtres. La psychologie des profondeurs élargit cette étude scientifique à l’âme et à l’esprit. Si la psychologie permet la compréhension des mécanismes du psychisme, la psychanalyse quant à elle, permet la plongée en profondeur dans la psyché afin de parvenir à ses méandres.

Pour la psychanalyse il ne s’agit pas simplement de se contenter d’élucider les mécanismes psychologiques et d’expliquer les différentes pathologies. La psychanalyse, et particulièrement celle de la psychologie des profondeurs, se propose au contraire de dévoiler les dynamiques profondes dans ses manifestations. Elle permet ainsi d’apporter un éclairage sur les phénomènes humains et en particulier sur ceux qui conditionnent notre propre existence.

La psyché est un système dynamique en perpétuel mouvement et pour effectuer un travail unificateur de tous les éléments qui la constituent, il faut faire appel à une véritable « philosophie de l’âme ». Cette philosophie de l’âme mène petit à petit à l’unité de la conscience, unité dans laquelle se rejoignent notre être mortel et notre être immortel : ce que Carl Gustav Jung nomme le Soi.

Tisser des liens entre notre partie visible (le conscient) et les autres parties abyssales qui gisent dans les profondeurs cachées et refoulées de notre inconscient, nous mène peu à peu à réunir en nous l’universel à l’individuel. Cette réunion mène à un accroissement considérable de la conscience offrant ainsi une compréhension toujours plus large des phénomènes du vivant.

Carl Gustav Jung dira :

La réflexion personnelle sur soi, le retour de l’individu au fondement de la nature humaine, à son être profond dans sa destinée individuelle et sociale, voilà le moyen de lutter contre l’aveuglement qui règne à leur actuelle.


Pascal Patry
Praticien en psychothérapie
Astropsychologue
Psychanalyste
 



Mentions légales
Retourner au contenu