Accueil

La Parentalité engendre-t-elle du stress ?



Les demandes de consultations émanant de parents déroutés, déconcertés, décontenancés, déstabilisés, parfois ébranlés, témoignent des difficultés qui sont rencontrées lorsqu'il s'agit de relever le défi d'être parent. Être parent aujourd'hui peut en effet prendre des allures d'affrontement, de compétition et d'épreuves dans la charge d'éduquer les enfants.


Mais d’autres événements de vie peuvent générer du stress au cours de la parentalité. En effet, les psychanalystes ont démontré que la présence des enfants réactive chez les adultes les conflits infantiles larvés et non résolus. Ces conflits infantiles proviennent essentiellement de la période archaïque (avant 2 ans) et œdipienne de l’adulte.


Des études ont par ailleurs montré que la parentalité modifie les caractéristiques individuelles telles que la personnalité et la biochimie de l’organisme. En effet, autour de la naissance de l’enfant, les analyses sanguines ont démontré les remaniements hormonaux, autant chez la femme que chez l’homme, bien que moindre chez ce dernier. Devenir parent, c’est aussi se détacher un peu plus de ses propres parents ce qui va influencer sur les patterns d’attachement. Cela peut générer du stress et de l’angoisse. Des variabilités de l’humeur peuvent apparaître.


Avec le début de l’embryon qui se développe, devenir parent engage vers une transition de vie qui va toucher aux relations interpsychiques entre le père et la mère, mais également aux relations interpsychiques avec l’enfant. Ces dernières commencent dès la conception. La vie change également par les questions que la mère peut se poser sur sa grossesse. Est-elle une maman stressée ? Sa grossesse est-elle perturbée ? L’attitude des parents vis-à-vis du stress qu’ils peuvent ressentir a-t-elle une influence sur la grossesse et l’enfant ? Autant d’événements qui accompagnent une transition vers la parentalité, événements de vie qui transforment.


Il s’agit dès lors pour les différents acteurs (sages-femmes, gynécologues, assistants sociaux, psychologues, thérapeutes, médecins généralistes), d’être attentifs, afin de mettre en place des actions préventives voir des attitudes thérapeutiques pour aider le père et la mère à vivre cette transition au sein de leur temps et de leur groupe social.


Il faut encore tenir compte de la transmission intergénérationnelle qui sous-tend les enjeux liés à l’enfant. La psychanalyse a démontré que les comportements parentaux peuvent aussi être fonctions des éventuels secrets de famille et autres situations liées à la vie transgénérationnelle. Ces comportements exclusivement inconscients se répercutent sur la vie de l’enfant.


De nombreux facteurs interviennent lorsque l’enfant paraît : familiaux, sociaux, économiques, génétiques. Au sein de ces différents facteurs, il est impossible pour les mères et les pères d’avoir des comportements idéaux, de nature à façonner des enfants idéaux. Il existe cependant des comportements qui sont favorables au développement de l’enfant et d’autres qui le sont moins. Chaque mère et chaque père, devient le parent qu’il peut être en fonction des conditions environnementales et socio-économiques dans lesquelles il exerce sa parentalité, mais aussi en fonction de ses caractéristiques personnelles, de ses ressources cognitives, de sa propre histoire d’enfance et du soutien qu’il reçoit de la part de l’entourage et de la société dont il dépend.


La relation entre le parent et l'enfant va également dépendre du caractère de ce dernier, mais aussi de ses éventuelles maladies. L’enfant a un rôle actif dans son propre devenir au travers de caractéristiques qui lui sont propres tant au niveau de son tempérament, qu'au niveau de ses facultés cognitives.


On ne peut dès lors concevoir la parentalité et le développement de l’enfant que selon une perspective dynamique bidirectionnelle. C’est dans cette dynamique que l’enfant trouvera plus ou moins son autonomie, ses capacités sociales, la croissance de son intelligence, ses capacités adaptatives, etc.


Depuis la déclaration universelle des droits de l’enfant, les parents sont là pour aider l’enfant à exercer ses droits, non pour les imposer. Ils accompagnent le développement de l’enfant pour l’amener à être un citoyen intégré dans son groupe social. Ils portent sous cet angle une grande responsabilité, car ils sont considérés comme les premiers garants du développement optimal de leur progéniture. Lorsque les parents ne sont pas à même d’exercer leur rôle où qu’il l’exerce de manière jugée intrusive, maladroite, négligente ou maltraitante, c’est l’État qui est chargé de mettre l’enfant à l’abri des agissements du parent et qui prend le relais. La parentalité a subi de profonds changements et les pères et les mères ne peuvent pas adopter des pratiques éducatives qui leur semblent les plus pertinentes. Au contraire, les parents doivent correspondre à un modèle parental porté par la société tout entière, celui de la « parentalité positive ».


Face à toutes ces contraintes, à tous ces facteurs, à toutes ces responsabilités vis-à-vis de l’enfant, il est normal pour un parent de ressentir du stress. D’un côté on dispose de ressources internes et de l’autre il faut faire face à des exigences externes. Lorsque les ressources internes ne sont plus suffisantes pour faire face aux exigences externes, il se crée un déséquilibre. Pour conserver un équilibre, il faut pouvoir compter sur d’importantes ressources. Elle se trouve chez le père ou la mère en tant qu’individu, au sein du couple parental, dans la famille ou encore dans le support social. De plus, il est plus facile de maintenir un équilibre avec un enfant qui se développe « normalement » qu’avec un enfant qui présente par exemple un handicap ou qui présente des troubles du comportement.


A la question : la parentalité engendre-t-elle du stress ?, et comme nous venons de le voir, la réponse est oui. Il faut néanmoins relativiser et tenir compte de chaque situation particulière. Les individus sont tous différents de même que les situations.


Dans un tel contexte, les parents qui font face à des questionnements, à des situations difficiles, doivent pouvoir trouver à l’extérieur une oreille attentive, afin que par la parole ou par des actes concrets, les situations restent stables et en équilibre.


Parentalité

« Mais d’autres événements de vie peuvent générer du stress au cours de la parentalité.


En effet, les psychanalystes ont démontré que la présence des enfants réactive chez les adultes les conflits infantiles larvés et non résolus »

« L’enfant a un rôle actif dans son propre devenir au travers de caractéristiques qui lui sont propres tant au niveau de son tempérament, qu'au niveau de ses facultés cognitives »


« Face à toutes ces contraintes, à tous ces facteurs, à toutes ces responsabilités vis-à-vis de l’enfant, il est normal pour un parent de ressentir du stress »