Paranoïa


C'est une psychose sans dissociation. Le malade reste en prise avec la réalité, mais ses troubles renforcent exagérément l'apparence de puissance de soi : son délire le trompe sur la réalité d'un monde arrangé à sa mesure (= signification imaginaire).


Caractères


Délire interprétatif (le mot de paranoïa signifie un savoir construit sur une base inversée).


Conviction par interprétation : la réalité perçue délivre une signification évidente.


Adhésion délirante : le délire interprétatif apporte les « certitudes » faisant « preuve » : (de complot, d'événement, de projet pernicieux, de cabale…).


Autocentration, haute estime de soi, suffisance.


Raisonnement, ergotage : à partir de prémisses erronées, le délire développe un raisonnement d'une logique impeccable.


Les thèmes portent sur :


- le droit et la réparation de préjudices ;


- la persécution ;


- la quérulence (position de conflit, esprit de querelle) ;


- l'assainissement moral (redresseur de torts, moralisme) ;


- la susceptibilité, la jalousie.


Paranoïa « sensitive » : forme de vulnérabilité du malade par sensibilité exacerbée aux épisodes frustrants des relations sociales (manque de reconnaissance espérée, opinion d'autrui, fierté blessée, jalousie…).


Système paranoïaque


Sous l'apparence « forte » se cache un profond sentiment d'échec.


Pathologie narcissique : le Moi revendique, il s'illusionne sur sa force en alignant des recours formels (discours du droit, rhétorique de la preuve, déductions, formules d'autorité, insignes du pouvoir…).


Moteurs du délire :


projection : l'autocritique destructrice est transformée en reproches faits à autrui (faute des autres à dénoncer, redresser, punir…) ;


compensation : le manque de confiance en soi provoque la réaction d'importance (infatuation, être cible de harcèlement, rôle de puissant réparateur des torts…).


Érotomanie


La personne se sait aimée d'un amour intense mais tenu secret, pour raison d'impossibilité, de la part d'une autorité (célébrité, star…).

Moteur : créer des conditions impossibles pour sa sexualité mal assumée, projetée pour s'en débarrasser.


Jalousie


Le thème n'est pas expressément sexuel (contexte professionnel, sportif, de loisir, familial…).

Moteur double :


obtenir la garantie morale de la part du pouvoir ;


surveillance continue du rival pour se le rendre très proche (homosexualité non assumée sous-jacente).


Paraphrénie


Le malade a un comportement normal, mais il se consacre en outre à une idée obsédante (invention secrète, fanatisme caché, « passion » pour restaurer une prétendue vérité historique).


Moteur : mégalomanie, identification héroïque, ascendance noble, identité de grand personnage…


Psychose hallucinatoire chronique (PHQ ou schizophrénie paranoïde


Organisation définitive de la personnalité autour de son délire : les hallucinations se confondent aux perceptions, le sens de l'existence y est ramené.


La personnalité est aux limites de la dissociation.

UE 2.6 Psychopathologie Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes