Psychothérapies


N'est pas psychothérapique le soin somatique, centré sur le corps, outillé de techniques, qui intègre les moyens modernes de la biochimie, la pharmacologie, l'électrophysiologie, la microchirurgie…



Sont psychothérapiques :


Le soin psychologique : il porte sur les remaniements de la personnalité (approche globale de l'identité, du comportement et des relations sociales).


Le soin psychique : il porte sur les remaniements du matériau mental (images et symboles) qui est à la base des représentations et de la connaissance (consciente et inconsciente).


Mécanisme :


Au cours d'échanges interactifs entre patients et psychothérapeutes, les émotions, les sentiments, les pensées (consciente et inconsciente) « travaillent » les traumatismes psychiques, font évoluer les représentations pour dépasser blocages, inhibitions, idées sur soi ou autrui, conduites inadaptées (composantes des « complexes »).


Au fondement des psychothérapies


Les psychothérapies « analytiques » : cures de psychanalyse, ou variantes qui s'en inspirent.


Objectif : modifier le rapport que la personne entretient avec ses idées inconscientes (désirs refoulés, censure, mécanismes de défense).


Moyen : travail psychique interne d'abord, via le transfert affectif du patient envers le thérapeute ; ayant dans un second temps des répercussions sur la personnalité et ses comportements.


Les psychothérapies « cognitives » : partent du constat que la situation de dysfonctionnement mental correspond à des formes de raisonnement illogique chez les patients (pensée dichotomique, généralisation abusive, inférence arbitraire, abstraction sélective…).


Objectif : redresser les défauts de cognition.


Moyen : prise de conscience des biais de raisonnement et de représentation, des erreurs d'appréciation des situations ; aide à trouver une clé pour utiliser des pensées alternatives.


Les psychothérapies « cognitivo-comportementales » : agissent sur les gestes et conduites.


Objectif : déconditionner les réactions mal appropriées aux circonstances et éprouvantes.


Moyen : aide à un meilleur contrôle des situations (remaniement cognitif) ou nouveau conditionnement (moins éprouvant).


Toutes les psychothérapies requièrent la mobilisation affective et intellectuelle du patient. Leur couplage avec les thérapies somatiques apporte les conditions indispensables à leur exercice (mais le matériau psychologique et psychique du patient doit rester disponible).



Psychothérapeute


Recours de l'être souffrant, témoin du mal-être intime et parfois unique interlocuteur reconnu, le psychothérapeute tente d'aider à exprimer ce que vit la personne, dans la complexité d'un ressenti et un enchevêtrement de causalités plus ou moins identifiées. Il aide à la parole authentique.


La population demande aujourd'hui aux psychothérapeutes un soutien psychologique dans ses difficultés à vivre : crises identitaires, malaise existentiel.


Les démarches vers les psychothérapies portent sur :


troubles fonctionnels du sommeil, de l'alimentation, du comportement ;


recours ou addictions à des toxiques de compensation (drogue, alcool, substituts…) ;


dépression, détresse, solitude, sentiment d'échec ;


impression de perdre son authenticité sous les sollicitations et contraintes de la vie sociale et productive (devoirs familiaux, professionnels, scolaires, civiques…).


Le mal-être par dérégulation ne conduit pas pour autant à la maladie mentale. Une relation apaisante avec son psychothérapeute, parfois étayée sur un anxiolytique, aide à reprendre une meilleure hiérarchie des valeurs, à mieux « gérer » l'économie énergétique du système personnel aux prises avec l'existence et ses conflits habituels.


UE 2.6 Psychopathologie Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes