Névrose phobique et troubles anxieux


Névrose phobique


Le malade subit des peurs irraisonnées constantes (les phobies) d'un objet ou d'une situation qui, objectivement, ne fait courir aucun danger. Il est aux aguets.


Le malade se surveille lui-même, sous le prétexte de devoir traquer des domaines d'où peut émerger le signal :


une foule (agoraphobie : peur de la foule d'où peut surgir on ne sait quoi) ;


un espace fermé (claustrophobie : peur de l'enfermement) ;


un tout petit animal aux apparitions surprises (zoophobie) ;


devenir rouge en parlant en public (éreutophobie) ;


il éprouve l'angoisse que surgisse sa phobie.


Système phobique : le névrosé cristallise sur un signe (son objet phobique). Le signal l'alerte qu'un désir refoulé pourrait resurgir, l'alerte de danger imminent :


évite de désirer « une peur de quelque chose » ;


la phobie trouvée pour éviter de désirer devient un handicap d'existence : angoisse d'être pris au dépourvu.


Troubles anxieux


Anxiétés diffuses et chroniques des états névrotiques :


inquiétude de ne pas faire face (maladie ou accident, éducation des enfants, problèmes d'argent ou de travail, deuil…), irritabilité, nervosité, signes physiques du stress.


État de stress post-traumatique :


circonstance d'un événement brutal et grave tel qu'accident, agression, attentat, catastrophe, panique ou sidération suivant immédiatement le choc ;


signes de l'ESPT ;


syndrome de répétition (Pashbacks, cauchemars) : le psychisme tente de trouver du sens à ce que la brutalité du choc a éparpillé ;


symptômes dépressifs : moins de goût et de plaisir — anhédonie —, culpabilité, pessimisme ;


troubles de la concentration et du sommeil.

UE 2.6 Psychopathologie Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes