Psychopathologie psychanalytique


La psychopathologie psychanalytique freudienne intègre :

- la dimension d'inconscient ;

- les séquelles d'avatars de la première enfance ;

- les traumatismes psychiques qui répètent les défaillances et empêchent d'inventer les solutions de progrès : le conflit ancien qui s'actualise handicape la clairvoyance et embrouille le traitement de l'actualité, qui devient encombrée d'imaginaire.


Conséquences


L'inadaptation est douloureuse, elle est embarrassée par les séquelles du passé non assimilé.


L'appareil psychique se fixe à des étapes immatures, les conduites régressent (symptômes).


Souffrance psychique quand le malade constate qu'il n'est plus en prise agréable sur le monde : il est dominé par une répétition psychique automatique (état d'aliénation) qui l'empêche de traiter la réalité objective.


Embrouillé dans ses propres embarras (égocentrisme), le malade perd de son efficacité : il ne parvient pas à traiter l'existence (tension, fatigue, apathie, agressivité, impulsivité, régressions infantiles).


Clinique


Névroses : l'inconscient cherchant obstinément sa satisfaction, les pulsions insatisfaites resurgissent en brouillant la vie affective, en consommant de l'énergie, en mêlant trop d'imaginaire à la réalité (fantasmes).


Perversions : la survivance des illusions de toute puissance imaginaire évite le contrôle conscient et contamine la réalité, jouant à dépasser les limites de l'interdit social. Mauvaise intégration aux réalités sociales.


Psychoses : elles résultent d'une déficience majeure de « l'appareil à penser », empêchant le sujet de construire les moyens de se situer correctement par rapport : aux autres, au langage (code social) et aux choses du monde. Le traitement de la réalité (perception, sens, sensations) est gravement altéré.

UE 2.6 Psychopathologie Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes