Symptôme et plainte


Le symptôme


La psychopathologie phénoménologique et psychanalytique considère que le symptôme apparaît lorsque la personne, atteinte de défaillances, tente de rattraper son décalage d'avec la réalité.


Un symptôme consiste à matérialiser l'adversité, plutôt que de laisser flotter une angoisse terrifiante.


Le symptôme est concret : il inscrit dans la matérialité du corps et des conduites une chose à examiner, un soin à organiser.


Il fournit un objet d'intention (d'intervenir, de soigner, de se plaindre, de parole, de peur…) plutôt que la dépendance à un désastre qui submerge.


Le symptôme est considéré comme apportant un gain primaire au malade : il est une tentative pour maîtriser la situation, d'attirer à soi l'attention et la prévenance d'autrui (entourage, soignants).


En rendant visible et saisissable le mal-être, il provoque l'entourage (rôles de protection, d'affection, ou à l'inverse de rejet, de déni) : il appelle autrui à prendre en compte le malade, à modifier sa relation à lui.


Il est une forme de demande : susceptible de mobiliser des conduites (de prise en charge, de suivi, de soin, d'accompagnement, de protection…).


En tant que gain clinique pour entrer en contact avec le malade et pour base d'échange, il mérite de n'être pas immédiatement éliminé.


La plainte


La plainte est expression adressée à quelqu'un (pas de plainte si personne pour la recevoir) : les psychopathologies humanistes lui accordent de l'importance en tant que signe d'une tentative pour re-communiquer, re-signifier, restaurer les relations qui s'étaient effondrées.


La plainte rompt le mal-être intime (l'angoisse n'est pas communicable).


La plainte à propos d'un symptôme ouvre un canal expressif.


Elle cherche l'écho d'une présence humaine brisant solitude et peur d'abandon.


Elle appelle un accompagnement susceptible de la décoder :


base pour un retour au partage symbolique ;


ressort pour lancer l'expression d'un soi digne de considération ;


pour ré-engager une conversation ;


pour reprendre la parole.


Le soignant est toujours interpellé par une plainte, même si celle-ci, simple demande d'attention, appel maladroit à l'écho rassurant, n'est pas vraiment « raisonnable » et rate la vérité de la maladie réelle.


Aide à (se) signifier


Les psychopathologies humanistes :


redoutent la hâte de pharmacopée maladroite, obnubilée par la disparition en urgence des symptômes et des plaintes au moyen de médicaments mal ciblés ;


respectent le fait que le malade :


revendique sa reconstruction psychique ;


montre sa tentative de se raccrocher aux réseaux symboliques d'où il est déconnecté ;


confie son désarroi à une attention réparatrice.


Elles revendiquent une prescription de médicaments ciblés qui soulagent la souffrance et contribuent à réparer les liens (résilience) en aidant le malade à pouvoir (se) signifier en communiquant.


UE 2.6 Psychopathologie Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes