Accueil

Origines possible des troubles pouvant être traités par la TCC et la thérapie des schémas


Liste non exhaustive.


Vos parents ne vous permettaient pas de prendre vos propres décisions quand vous étiez enfant.


Votre père ou votre mère était absent ou irresponsable, et vous avez dû vous occuper de vos frères et sœurs.


Vos parents vous confiaient leurs problèmes personnels ; vous étiez confiné à un rôle de confident.


Vos parents vous culpabilisaient ou vous accusaient d'être égoïste si vous refusiez de leur obéir.


Vos parents étaient des martyrs ou des saints : ils renonçaient à leurs propres besoins par altruisme et ne se préoccupaient que de ceux des autres.


À votre avis, on ne respectait ni vos droits, ni vos besoins, ni vos opinions quand vous étiez enfant.


Vous deviez sans cesse mesurer vos paroles et vos actes, car vos parents étaient portés à l'inquiétude et à la dépression.


Vous vous révoltiez souvent contre vos parents, car vous ne jouissiez pas de la même liberté que vos camarades.


Vos parents se sont efforcés de vous contrôler et de dominer les moindres aspects de votre vie.


Vos parents vous punissaient, vous menaçaient ou se mettaient en colère quand vous ne vous conformiez pas à leur volonté.


Vos parents vous traitaient avec froideur ou rompaient tout contact si vous n'étiez pas d'accord avec eux sur certains points.


L'un de vos parents (souvent le père) jugeait très sévèrement vos résultats scolaires, vos performances sportives, etc. Il vous disait souvent que vous étiez stupide, crétin, inepte, nul, etc. Il était peut-être abusif.


L'un de vos parents, ou les deux avaient une carrière très prospère, et vous avez cru ne jamais pouvoir vous montrer à la hauteur de ses attentes. Vous avez renoncé.


Vous aviez l'impression que l'un de vos parents, ou les deux étaient indifférents à votre succès, ou pis, le ressentait comme une menace. Ce parent rivalisait peut-être avec vous, ou bien craignait que vos succès vous éloignent de lui.


Vous n'étiez pas aussi doué que vos camarades à l'école ou dans les activités sportives, et vous vous sentiez inférieur. Vous aviez des difficultés d'apprentissage ou une concentration réduite, vous étiez dyslexique.


Vous avez renoncé à tout effort de peur d'être humilié par vos camarades.


On vous comparait souvent défavorablement à vos frères et sœurs.


Parce que vous doutiez d'être à la hauteur, vous avez renoncé.


Vous étiez originaire d'un autre pays, vos parents étaient des immigrants, votre famille était plus pauvre ou moins instruite que celles de vos camarades.


Vous vous sentiez inférieur et incapable de vous mesurer à vos parents.


Vos parents étaient trop indulgents.


Vous n'avez jamais appris à vous discipliner ou à prendre vos responsabilités.


Vous ne faisiez pas vos devoirs et vous n'appreniez pas vos leçons.


Vous avez échoué dans vos études.


On vous comparait défavorablement à vos frères et sœurs et on les préférait à vous.


L'un de vos parents a quitté le foyer familial et vous vous en êtes tenu responsable.


Un membre de votre famille vous critiquait, vous méprisait ou vous punissait à l'excès.


On jugeait ou punissait toujours sévèrement votre apparence, votre comportement ou vos propos.


Un de vos parents vous a donné l'impression que vous le déceviez.


Un de vos parents ou les deux vous ont rejeté ou mal aimé.


Un membre de votre famille a abusé de vous sexuellement, physiquement ou émotionnellement.


On vous a rendu responsable de tous les malheurs qui s'abattaient sur votre famille.


Vos parents vous répétaient toujours que vous étiez mauvais, nul, bon à rien.


Vous êtes devenu vulnérable à force d'observer et de vivre avec vos parents qui l'étaient. L'un d'eux avait des phobies ou des peurs spécifiques à un type de vulnérabilité (peur de perdre la raison, de tomber malade, d'être ruiné, etc.).


Vos parents vous couvaient, surtout en ce qui concernait le danger ou la maladie. Ils vous mettaient constamment en garde contre certains dangers. On vous a fait sentir fragile ou inapte à affronter les vicissitudes de l'existence (la vulnérabilité s'accompagne souvent de dépendance).


Vos parents ne vous ont pas suffisamment protégé. Vous n'étiez pas en sécurité physiquement, affectivement ou financièrement. Vous étiez un enfant malade ou vous avez vécu un traumatisme grave (accident de voiture, par exemple) qui vous a rendu vulnérable.


L'un de vos parents a subi un traumatisme grave qui a peut-être entraîné sa mort. Vous en êtes venu à penser que le monde est un endroit dangereux.


Vos parents vous couvent et vous traitent comme si vous étiez plus jeune que vous ne l'êtes en réalité.


Vos parents décident tout pour vous.


Vos parents s'occupent de tous les détails de votre vie et vous n'apprenez jamais à prendre vos responsabilités.


Vos parents font vos devoirs scolaires à votre place.


Vos parents vous donnent peu ou pas de responsabilités.


Vous êtes rarement séparé de vos parents et vous n'avez pas d'identité propre.


Vos parents critiquent vos opinions et doutent de vos compétences.


Quand vous entreprenez une tâche nouvelle, vos parents interviennent par un excès de conseils et de directives.


Vos parents vous procurent un tel sentiment de sécurité que vous n'essuyez aucun rejet ou échec important tant que vous vivez avec eux.


Vos parents sont craintifs et vous mettent sans cesse en garde contre les dangers qui vous menacent.


Votre famille était différente des familles du voisinage.


Vous aviez l'impression d'être différent des autres enfants, même de vos frères et sœurs.


Vous étiez un enfant passif ; vous étiez obéissant, mais vous n'avez pas développé d'intérêts ou de préférence qui vous soient propres. Maintenant, votre conversation vous semble inintéressante.


Votre mère était froide et peu affectueuse. Elle ne prenait pas suffisamment son enfant dans ses bras et ne le berçait pas assez. Ce qui entraîne que l'enfant ne se sent ni aimé ni apprécié, il n'a pas le sentiment d'être précieux et unique. La mère ne consacre pas suffisamment de temps et d'attention à son enfant. La mère ne perçoit pas bien les besoins de son enfant. Elle lui manifeste peu d'empathie. Elle ne développe pas avec lui de rapports suffisamment intenses. La mère n'apaise pas son enfant. L'enfant n'apprend donc pas à trouver de réconfort en lui-même ni à accepter celui qu'on lui apporte.


Les parents n'orientent pas leur enfant, ne le guident pas. L'enfant ne peut compter sur personne de solide.


Votre famille était contre vous.


Un de vos parents recherchait votre affection physique d'une manière inconvenante ou qui vous rendait mal à l'aise. On vous injuriait d'une manière très blessante.


Durant votre enfance, un membre de votre famille vous a infligé des violences physiques.


Durant votre enfance, un membre de votre famille a abusé de vous sexuellement, ou a eu des nombreux attouchements inconvenants.


Un membre de votre famille vous a souvent humilié, taquiné, ou déprécié (violence verbale).


Vous ne pouviez faire confiance à certains membres de votre famille. (Ils trahissaient vos secrets, exploitaient vos faiblesses à leur avantage, vous manipulaient, vous faisaient des promesses qu'ils n'avaient pas l'intention de tenir, vous mentaient.)


Un membre de votre famille semblait prendre plaisir à vous voir souffrir. On vous forçait à obéir en vous menaçant des pires punitions.


Un de vos parents vous enjoignait toujours de ne jamais faire confiance à quelqu'un qui ne soit pas de la famille.


Vous êtes peut-être biologiquement prédisposé à l'angoisse de la séparation, à la difficulté d'être seul.


Votre père ou votre mère est mort ou a quitté le foyer familial quand vous étiez enfant.


Votre mère a été hospitalisée ou vous en avez été séparé sur une longue période quand vous étiez enfant.


Vous avez été élevé par des gouvernantes ou dans une institution par toute une série de mères substituts, ou bien vous avez été pensionnaire très jeune. Votre mère était une personne instable. Elle sombrait dans la dépression ou l'alcool, elle était irascible, ou, pour quelque raison, elle se détachait de vous périodiquement.


Vos parents ont divorcé quand vous étiez très jeune ou se querellaient tellement que vous appréhendiez qu'ils ne se séparent.


L'un de vos parents s'est désintéressé de vous. Par exemple, à la naissance d'un autre enfant ou à l'occasion de son remariage.


Votre famille était extrêmement liée et vous avez été couvé. Vous n'avez jamais appris à affronter les difficultés de la vie dans votre enfance.



Retour