Accueil

Pourquoi trois axes ? : Psychologie, Astrologie, Spiritualité



« Il est probablement vrai qu'en général, dans l'histoire de la pensée humaine,

les développements les plus féconds naissent à l'intersection de plusieurs courants d'idées.

Les courants peuvent avoir leur origine dans des domaines totalement différents de la culture,

à des époques et en des lieux culturels divers.


Dès lors qu'ils se rencontrent effectivement et entretiennent une

relation suffisante pour qu'une réelle interaction puisse s'exercer,

on peut espérer des développements nouveaux et intéressants ».



Werner Heisenberg

 Fondateurs de la mécanique quantique, lauréat du prix Nobel de physique en 1932

L’être humain est complexe : c’est ce qu’on dit !

Quand un athlète est bon en natation il va dire que le cyclisme c’est complexe ! Il n’en a pas l’habitude, il ne s’est pas habitué par l’entraînement à tourner les jambes à 90 coups de pédales par minute - je sais ce que c’est, j’ai fait 10 années de vélo en bon amateur - Plus vous tournez les jambes rapidement et plus la montagne vous est facile : vous faites la moulinette et ça monte (presque) tout seul. Il faut un cœur au top pour tourner les jambes aussi vite sur des centaines de Km, surtout quand ça monte à 12% ! - a contrario, la brasse, le crawl, le papillon, je ne sais pas faire, ça me semble insurmontable.

Donc, cet athlète spécialisé en natation laissera le vélo aux autres… Et ceux qui sont de bons grimpeurs à vélo vont laisser ceux qui savent nager à leur bassin.

Nous pensons aussi que l’être humain est complexe, mais nous savons que pour aller chercher l’or dans une compétition de triathlon, il faut non seulement être bon à la nage, au vélo, mais aussi à la course à pied.

C’est pourquoi, parce que l’Homme a une vie psychologique qui va de la naissance à la mort (objet des études menées par la psychologie universitaire), qu’il a également une vie spirituelle (études menées par ceux qui sont capables d’ascétisme) et que jusqu’à preuve du contraire cette vie se déroule au milieu du ciel étoilé (il suffit de lever le nez !), nous travaillons à la fois sur la psychologie, l’astrologie et la spiritualité.

Nous sommes des triathloniens du psychisme, psychisme que nous regardons sous trois angles différents.

La médaille d’or que nous cherchons, elle est d’un or d’un genre particulier. Elle porte le nom de RÉALISATION DE SOI et nous ne reculons devant aucune lecture, savoir, information qui apporterait un élément pertinent à notre compétition. Parce que oui, c’est une compétition ou un challenge si vous préférez. Il consiste à faire que les personnes qui viennent à notre rencontre arrivent à changer par elle-même et que ce changement s’opère vraiment (et tout le monde sait que ce n’est pas facile de changer vraiment !).

Lorsque les êtres changent, le monde change aussi. N’est-ce pas Gandhi qui disait : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » ?

Notre technique thérapeutique qui utilise ces trois savoirs - Psychologie - Astrologie - Spiritualité - en a mené déjà beaucoup sur la voie de la réalisation. Et, lorsque quelqu’un a du mal à avancer, nous nous sentons concernés. Nous ne disons pas : « il est névrosé, ou ceci ou cela » et lui balançons quelques cachetons !

Nous sommes des êtres humains, pas des diplômés d’Harvard (entendez par là des têtes pensantes). Si vous saviez le nombre de personnes qui se sont adressées à moi après des années d’un soi-disant travail chez un psychiatre et qui n’avaient obtenu aucun résultat. Je voyais les molécules chimiques nager au fond de leur rétine et leur regard blême ! Je n’ai rien contre les molécules chimiques, quand il faut il faut, mais lorsqu’il n’y a que ça comme solution thérapeutique, il faut sérieusement s’interroger !

Ce qui nous importe, c’est que des êtres se développent et s’épanouissent en retrouvant force, volonté et courage. Qu’ils retrouvent leur dignité d’être, même après des années de souffrance consécutives à des vies parfois houleuses et tourmentées, croulant sous le poids de la honte, des non-dits, etc.

Le reste ne nous importe peu. Nous ne faisons rien de spécial ou de particulier. Nous en savons peut-être un peu plus que d’autres, parce que nous faisons les efforts pour, et ça nous donne accès à d’autres facettes de l’être humain.

Et tout ça s’apprend, pourvu que l’esprit y soit ouvert. Celui qui ne prêche que pour la natation ne connaîtra jamais les joies du cyclisme. Celui qui ne jure que par la course à pied n’ira probablement jamais nager et ne connaîtra pas les joies de la natation.


Idem pour les chapelles qui ne jurent que par la psychologie ou la psychiatrie ou autres…


Mettez-vous à la place de quelqu’un qui est vu par les yeux d’un psychiatre, un autre vu sous l’angle du dentiste, un autre encore vu sous l’angle du diététicien et vous comprendrez ce que je dis. Ensuite, imaginez-vous vu par quelqu’un qui connaît la psychiatrie, la diététique, la stomatologie, la psychologie, l’astrologie, la psychologie, la spiritualité, etc.


Ne croyez-vous pas qu’il aura un regard plus juste sur vous, un regard plus global, plus holistique et aussi plus humain ?


La médaille au triathlon, c’est comme la réalisation de soi, il faut vraiment la vouloir.


Pascal Patry