Accueil

Le thème astral


Par Alexander Ruperti  †


Il faut souligner ici que, dans tout rapport entre astrologue et consultant, l'astrologue porte la responsabilité de la façon dont le consultant réagit à et suit peut-être ses conseils.


Il n'est pas question de voir simplement ce qui pourrait arriver et de dire ce qu'on croit être « la vérité, quelles qu'en soient les conséquences. Agir ainsi, c'est dire la bonne aventure ; ce n'est pas agir en psychologue sur une base astrologique. Il faut, à tout moment et avant de parler, se demander l'utilité véritable, pour le consultant, de ce qu'on veut dire. Une interprétation astrologique qui se veut valable, spirituellement parlant, ne cherche qu'à aider quelqu'un à vivre plus pleinement et plus consciemment le processus d'actualisation de la destinée qui est potentiellement présente dans le thème natal.


Il ne s'agit pas d'analyser la nature de la personne ni d'accentuer ses problèmes ; il faut plutôt chercher à déchiffrer la solution que le ciel de naissance offre aux problèmes.


Il est vrai que le thème indique à la fois les problèmes, le karma et la manière de les résoudre. Nous sommes tout d'abord une expression du passé et il est possible d'interpréter un thème comme si tout était dû à ce passé, sous forme de limitations. On peut néanmoins considérer chaque élément du thème comme le moyen le plus naturel qu'a la personne pour surmonter ou harmoniser les imperfections de sa nature. Les imperfections demeureront aussi longtemps qu'on ne fait aucun effort d'individualisation en utilisant les indications du thème pour atteindre un état futur.


La personne, telle qu'elle est à un moment donné, représente le présent. Dans ce présent, elle est le champ d'activité de deux forces, celle du passé et celle qui attire vers un futur plus parfait, plus accompli.


L'astrologie traditionnelle cherche simplement à analyser les faiblesses et limitations de la nature congénitale — tout comme la médecine s'acharne à mettre une étiquette sur la maladie. Par contre, l'astrologie humaniste cherche à déceler le chemin qui conduit au futur, la façon de dissiper le karma par certaines actions, le moyen d'atteindre la liberté spirituelle en sachant qu'on est une entité spirituelle, capable d'utiliser sa nature congénitale et ainsi d'harmoniser le passé et les tensions de l'environnement.


Aucune maturité personnelle n'est possible sans l'emploi conscient de tous les facteurs du thème. Le thème tout entier, avec tout ce qu'il contient, constitue la réponse spirituelle au besoin de la personne.


On nous dit souvent qu'il faut « maîtriser ses astres, l'astrologie humaniste dit qu'il faut les utiliser intentionnellement, tels qu'ils sont placés dans le thème. Les planètes nous montrent dans quelle direction on devrait focaliser activement les énergies vitales et les pouvoirs de l'âme et du mentat. S'il y a de nombreux carrés dans un thème, cela ne veut pas dire que la personne aura une destinée tragique, à moins qu'elle ne se cramponne à sa nature congénitale, au passé, et ne refuse l'appel de la destinée à utiliser le pouvoir dynamique à sa disposition pour s'incorporer complètement.


De même, s'il y a de nombreux trigones dans un thème, cela ne peut pas dire que la personne aura une vie et un tempérament sans souci, mais qu'elle devrait se concentrer sur le développement du pouvoir de son mentat, de sa compréhension de la signification des choses.


Aucun thème n'est « mieux » en soi qu'un autre ; chacun est meilleur pour quelque chose de précis : il révèle ce dont on a spécifiquement besoin et ce sur quoi il faut concentrer son attention. Le thème peut montrer ce qui, pour un observateur, semble la suraccentuation d'une activité, d'une énergie ou d'une qualité de sentiment dans la vie de la personne. Mais ce sera une suraccentuation par rapport à quoi ? Pour des raisons personnelles, l'interprète peut donner un sens péjoratif à cette suraccentuation quand, en vérité, c'est précisément ce qui servira l'entité spirituelle dans sa destinée.


Ce genre de suraccentuation existe, en théorie, dans les thèmes de type « Seau » (ou « Entonnoir ») avec une planète toute seule dans un hémisphère. La planète-anse représente la focalisation intense d'une énergie particulière et, du point de vue humaniste, elle est nécessaire pour affronter et accomplir le karma individuel et social de la personne.


À partir de quel moment peut-on dire qu'il y a suraccentuation ? Personne ne peut le dire. La focalisation peut correspondra à d'énormes difficultés dans la vie, mais qui a le droit de dire que c'est « mauvais » ? Faut-il toujours interpréter un thème en fonction de facilités dans la vie ? Faut-il toujours chercher à éviter ce qui semble difficile ? Utiliser l'astrologie pour échapper à ce qui semble « mauvais » ou « difficile » est un leurre : on voit dans le thème non pas la personne, mais ce qui lui arrivera. Où est donc la personne si on ne la trouve pas dans le thème ? D'ailleurs nos plus grands problèmes viennent du fait que nous ne voulons pas être nous-mêmes ou que nous avons une fausse appréciation de nous-mêmes. Malgré notre insistance sur notre soi-disant libre arbitre, nous ne serons jamais vraiment libres qu'en étant nous-mêmes. C'est notre identification à de fausses valeurs qui crée nos problèmes.


C'est pourquoi, au lieu d'utiliser l'astrologie pour étaler les bons et mauvais traits de caractère, pour dépister les difficultés et chercher à les contourner tous éléments dus au passé, au karma — il faut répéter et répéter encore que nous sommes des êtres spirituels qui possédons le pouvoir spirituel nécessaire pour surmonter, vaincre ou plutôt assimiler et intégrer ce passé et les influences collectives qui représentent le karma.


En tant qu'êtres spirituels, nous sommes tous partie intégrante d'un tout spirituel, l'Humanité. En tant que symbole d'un être humain nouveau, le thème natal est le point de convergence entre des cycles antérieurs d'activité (karma) et une proposition (dharma) offerte par le plus grand Tout, l'Humanité. Mais vivre son dharma, en expression individuelle et focalisée d'un besoin de l'Humanité, n'est possible que si l'on accepte l'existence de la voie transpersonnelle et de son propre rôle d'intermédiaire.


Si l'on n'accepte pas cette proposition, on est alors conditionné par le karma ; et le comportement, les sentiments et pensées personnels feront de la personne une créature du passé. Vivre spirituellement exige qu'on accepte le fait d'être un être spirituel et qu'on cherche à repolariser les énergies et facultés héritées du passé, de manière à devenir un agent qui serve l'accomplissement d'un but particulier et limité, voulu par l'Humanité ou par Dieu. L'approche humaniste et transpersonnelle de l'astrologie exige donc l'acceptation totale du fait qu'on est une essence spirituelle qui cherche à se manifester.


Il ne suffit pas d'y croire ou de l'accepter intellectuellement ; il faut être prêt à vivre spirituellement, c'est-à-dire pour réaliser son rapport à un plus grand Tout : il faut viser plus que son salut personnel. Il faut comprendre, réaliser (= rendre réel, effectif, concrétiser) en soi et dans ses actes, sentiments et pensées, que nous sommes chacun une cellule dans le corps de l'Humanité et que le corps tout entier ne pourra fonctionner sainement et remplir son rôle sur et dans l'entité Terre, que si chacune de ses cellules-êtres humains accomplit pleinement sa fonction dans l'organisme Humanité, quelles que soient les facilités ou les difficultés et à quelque niveau que ce soit. C'est cela la plénitude de l'Incarnation.



Notre thème astral peut-il nous aider à être heureux ?

Il n'est pas question de voir simplement ce qui pourrait arriver et de dire ce qu'on croit être « la vérité, quelles qu'en soient les conséquences

Aucun thème n'est « mieux » en soi qu'un autre ; chacun est meilleur pour quelque chose de précis : il révèle ce dont on a spécifiquement besoin et ce sur quoi il faut concentrer son attention

Notre thème astral peut-il nous aider à être heureux ? Notre thème astral peut-il nous aider à être heureux ?