Accueil

Déroulement de la thérapie cognitivo-comportementale ?



Lors d’une Thérapie comportementale et cognitive, vous apprenez à reconnaître, à remettre en question et à modifier les pensées, les attitudes, les croyances et les suppositions liées à vos réactions émotionnelles et comportementales problématiques lors de certaines circonstances de vie.


En y réfléchissent bien, ces problématiques ont toujours lieu dans le même registre : affectif, professionnel, financier, etc.


En prenant note de vos pensées lors de ces situations qui causent un bouleversement émotionnel, vous apprenez que votre façon de penser peut aggraver des problèmes émotionnels comme la dépression et l’angoisse. La Thérapie comportementale et cognitive vous montre comment atténuer ces problèmes en :


reconnaissant les distorsions de vos pensées ;


considérant vos pensées comme des idées de ce qui se passe et non comme des faits ;


prenant du recul par rapport à vos pensées afin de voir la situation sous un autre angle.


En effet, combien de fois les personnes disent : « si je ne m’étais pas laissé emporter par l’émotion, et si j’avais vu la chose sous un autre angle, cela se serait mieux passé »


Pour que la Thérapie comportementale et cognitive soit efficace, vous devez être prêt à discuter de vos pensées, de vos croyances et de vos comportements avec le thérapeute et participer aux exercices pendant les séances. Pour obtenir les meilleurs résul­tats, vous devez également faire à la maison, les exercices prévus avec le thérapeute.


Quelles problématiques peuvent être traitées par la TCC ?


La Thérapie comportementale et cognitive est efficace pour traiter un grand nombre de « troubles psychologiques », notamment les suivants :


Les problèmes interpersonnels de longue date.


Les problèmes existentiels en général


les troubles de l’humeur comme la dépression et le trouble bipolaire ;


les troubles de l’angoisse, y compris certaines phobies (P. ex., la peur des animaux, des hauteurs, des lieux clos), le trouble panique, la phobie sociale (trouble d’anxiété sociale), le trouble d’anxiété généralisée, le trouble obsessionnel-compulsif et le trouble de stress post-traumatique ;


la boulimie et la frénésie alimentaire ;


la dysmorphophobie (image du corps) ;


les troubles liés à l’utilisation d’une substance (P. ex., le tabac, l’alcool et d’autres drogues).


La Thérapie comportementale et cognitive peut également venir en aide aux personnes :


qui font une psychose ;


s’arrachent des cheveux ou se grattent constamment ou qui ont des tics ;


qui ont des problèmes sexuels ou des difficultés relationnelles ;


insomniaques ;


atteintes du syndrome de fatigue chronique ;


souffrant de douleurs chroniques (persistantes) ;


Lors de la Thérapie comportementale et cognitive, on utilise une méthode semblable pour traiter des problèmes émotionnels différents. Toutefois, la méthode et les stratégies utilisées varient et sont adaptées à chaque personne.


Pourquoi la TCC est-elle efficace ?


La Thérapie comportementale et cognitive est une méthode thérapeutique efficace :


Elle est structurée ;


Elle est axée sur la résolution de problèmes et orientée vers un but ;


Elle enseigne des stratégies et permet de développer des habiletés qui ont fait leurs preuves scientifiquement ;


Elle met l’accent sur l’importance d’établir une relation saine axée sur la collaboration entre le thérapeute et le client.


Pour décrire le fonctionnement de la Thérapie comportementale et cognitive, l’ensemble des informations mettra l’accent sur l’utilisation de cette thérapie pour traiter les personnes ayant un trouble émotionnel.


Les bases de la Thérapie comportementale et cognitive


La plupart des gens croient que leur détresse est causée par un événement ou une situation : « Je me suis disputé avec ma conjointe ce matin et je suis toujours en colère », « Mon patron a dit qu’il était insatisfait de mon travail ; je suis découragée » ou « J’ai lu dans le journal ce matin que mes actions avaient baissé. Ça m’angoisse ». Dans chaque exemple, la personne indique comment la situation a causé son bouleversement émotionnel.


Toutefois, ce que vous ressentez dans une situation donnée dépend non seulement de cette situation, mais aussi de la façon dont vous la percevez ou du sens que vous lui donnez.


Cette façon de voir votre réaction émotionnelle comme étant déterminée par ce que vous pensez d’une situation est une des hypothèses de base de la thérapie cognitivo-comportementale.


Par exemple, un bruit fracassant près de la fenêtre de votre chambre vous réveille à 3 heures du matin. Votre réaction face à cette situation dépendra de ce que vous croyez être la cause de ce bruit. Si vous pensez qu’il a été causé par un intrus, vous aurez sans doute peur et quitterez la pièce en courant pour votre mettre en sécurité.


Si vous croyez que le bruit a été causé par la personne avec qui vous partagez votre appartement (le cas échéant), qui est entrée par la fenêtre parce qu’elle a (encore une fois !) oublié sa clé, vous éprouverez sans doute de la frustration et de l’irritation et réagirez en vous disputant avec elle.


Enfin, si vous croyez que le bruit a été causé par votre partenaire, qui vient vous voir pour une rencontre amoureuse…


Nature des pensées automatiques


Dans chacun des exemples précédents, la situation est la même : un bruit fracassant près de la fenêtre à 3 heures du matin. Toutefois, vous pourriez avoir une pensée rapide différente pour évaluer la situation, ce qu’on appelle une pensée automatique en TCC.


Il s’agit d’une pensée qui vous vient à l’esprit subitement et détermine l’émotion que vous ressentirez (P. ex., la peur, la contrariété, l’excitation) et le comportement qui en découlera (P. ex., fuite, confrontation, accueil cordial).


Ces pensées automatiques soudaines influencent davantage votre réaction émotionnelle et comportementale que la situation.


SITUATION :


= PENSÉES AUTOMATIQUES

= RÉACTIONS ÉMOTIONNELLES ET COMPORTEMENTALES


Extrait de la découverte des pensées automatiques par Aaron T. Beck


Évaluation des pensées automatiques


En général, les pensées automatiques sont si brèves et si rapidement remplacées par votre prise de conscience des émotions qui s’ensuivent que vous pourriez ne pas les remarquer.


La capacité de prendre note de vos pensées automatiques et de les évaluer pendant une situation troublante est une des habiletés essentielles que vous développerez et mettrez en pratique lors de la TCC. Vous apprendrez également à vous poser la question suivante :


Qu’est-ce qui m’est venu à l’esprit lorsque j’ai constaté que j’étais bouleversé ?


Faites l’exercice suivant. Réfléchissez à un événement qui vous a bouleversé aujourd’hui ou au cours des derniers jours et qui vous a causé de l’angoisse, de la tristesse ou de la colère. Tentez de vous rappeler ce à quoi vous pensiez à ce moment-là. En vous rappelant les pensées que vous avez eues lors de cette situation, vous pourriez découvrir les pensées automatiques qui vous sont venues à l’esprit et dont vous n’étiez pas conscient à ce moment-là.


En cernant les pensées automatiques que vous avez eues, il vous sera plus facile de déterminer la nature de l’émotion qui en a résulté et de comprendre pourquoi la situation vous a tant bouleversé.


Schémas de pensées automatiques


Dans bien des cas, lorsque les gens commencent à surveiller leurs pensées automatiques et à en prendre note, ils discernent un schéma. Dans les premiers ouvrages sur la TCC qu’il a écrits dans les années 1960, Aaron T. Beck a constaté qu’un grand nombre de patients qui étaient déprimés avaient des pensées automatiques caractérisées par une perception négative d’eux-mêmes (« Je suis un bon à rien »), du monde qui les entourait (« Personne ne m’aime ») et de l’avenir (« Je suis nul et je ne changerai pas »). Ce schéma de pensée a été baptisé la « triade cognitive » de la dépression.


Dans les années 1980, Aaron T. Beck a décrit un schéma de pensées automatiques qui semblait propre à l’angoisse. Des personnes déclaraient avoir davantage de pensées liées à des menaces et au danger (« Et si quelque chose de terrible se produisait ? ») ainsi qu’à l’incapacité de s’adapter à une situation (« C’est insupportable. Je ne peux pas continuer comme ça »).


La façon dont on perçoit une situation ou un événement varie d’une personne à l’autre. Toutefois, la nature des pensées automatiques des personnes déprimées ou angoissées devient prévisible et conforme à certaines caractéristiques.


La TCC vise notamment à vous aider à prendre conscience de vos pensées automatiques.


Elle vous montre comment prendre du recul et remettre en question, évaluer et rectifier les pensées automatiques négatives incorrectes. Toutefois, la TCC ne présente pas la pensée positive comme une solution aux problèmes de la vie. Cette thérapie vise plutôt à vous apprendre à évaluer vos expériences et vos problèmes de façons différentes (positive, négative et neutre) pour que vous puissiez tirer des conclusions exactes et trouver des solutions originales à vos difficultés.


Reconnaissance des distorsions des pensées automatiques


Par ailleurs, les pensées automatiques négatives des personnes ayant un trouble émotionnel sont généralement distordues ou erronées. Par exemple, la personne qui se dit « Je ne trouverai jamais l’âme sœur » parce qu’elle a eu une mauvaise expérience lors d’un rendez-vous dramatise l’issue du rendez-vous et est plus susceptible de subir un bouleversement émotionnel excessif que la personne qui se dit « Ce rendez-vous ne s’est pas bien passé, mais j’espère que le prochain ira mieux ».


Voici un autre exemple. Un étudiant qui se considère comme « stupide » et « minable » parce qu’il a eu une mauvaise note lors d’un examen se met une étiquette et voit les choses sous l’angle du tout ou rien. Il est donc plus susceptible d’être bouleversé qu’un étudiant qui se dit « Je n’ai pas obtenu la note que je voulais. Je vais demander de l’aide et étudier plus à fond la prochaine fois ».


Les distorsions de la pensée amplifient l’importance émotionnelle des événements du quotidien. La TCC vise notamment à vous faire prendre davantage conscience de votre perception distordue des expériences du quotidien, particulièrement lorsque vous êtes bouleversé.


Nous avons tous des pensées automatiques négatives et des distorsions cognitives de temps à autre. Toutefois, certaines personnes sont plus susceptibles d’avoir des pensées automatiques liées à la dépression et à l’angoisse et d’avoir plus souvent des distorsions cognitives. La TCC part du principe que les pensées automatiques sont influencées par deux niveaux de pensée « plus profonds » qui font en sorte que certaines personnes sont susceptibles d’avoir plus souvent des pensées négatives et distordues. Ces niveaux plus profonds sont appelés règles et suppositions et croyances de base.


Règles et suppositions


Dès le début de l’enfance, vous apprenez des règles et faites des suppositions lors des interactions avec les membres de votre famille et le monde qui vous entoure. Par exemple, il se peut que vous appreniez des règles sur ce qui suit :


la façon d’interagir avec d’autres personnes (P. ex., « Si tu n’as rien de bon à dire, ne dis rien ») ;


les situations dans lesquelles il est acceptable d’exprimer des émotions (P. ex., « Ne montre jamais ta nervosité ») ;


votre performance (P. ex., « Si tu ne peux pas faire quelque chose parfaitement, ça ne vaut pas la peine d’essayer » ou « Je devrais exceller dans tout ce que je fais »).


Il se peut que vous ne soyez pas conscient de ces règles et de ces suppositions. Toutefois, lorsque vous commencerez à surveiller vos pensées automatiques lors de situations bouleversantes, vous cernerez les schémas de vos pensées automatiques qui sont liés aux règles que vous avez apprises et aux suppositions que vous faites.


Par exemple, si vous supposez que vous devez exceller dans tout ce que vous faites, vous serez plus susceptible d’être troublé si vous n’obtenez pas un résultat optimal (P. ex., vous échouez à un examen, vous ne recevez pas une promotion, vous n’êtes pas retenu pour un emploi) qu’une personne qui ne fait pas une telle supposition.


Les pensées automatiques peuvent être causées par les règles et les suppositions sous-jacentes.


SITUATION :


= PENSÉES AUTOMATIQUES suite à : SUPPOSITIONS ET RÈGLES


= RÉACTIONS ÉMOTIONNELLES AUTOMATIQUES ET COMPORTEMENTALES


La TCC a pour but de vous aider à prendre conscience de vos règles et suppositions et de leur influence sur les pensées automatiques négatives que vous avez lors de situations troublantes sur le plan émotionnel.





|Accueil| Page 1 | Page 2 | Page 3 | Page 4 | Page 5 | Page 6 | Page 7 |