Je visite mon inconscient en quête de mes archétypes


Existerait-il des méthodes, en dehors de la psychanalyse, des rêves et de l’hypnose pour nous ouvrir les portes de notre inconscient ? Des méthodes non seulement efficaces, mais sûres et sans danger, car il ne s’agit pas d’aller n’importe où n’importe comment.

Car quel est l’avantage de se connecter à son inconscient ?

En psychanalyse, le fait de ne pas être connecté à son inconscient témoigne d’une situation névrotique plus ou moins pathologique. « C'est à cause de la distance qui existe entre l'inconscient et le cons­cient que les symptômes névrotiques éclatent », dira Sigmund Freud.

Être loin de son inconscient avec sa partie consciente n’est pas spécialement agréable à vivre : Frustration, besoin, insatisfaction, vague à l’âme, insatiabilité, inassouvissement, mécontentement, sentiment d’incomplétude, sont des mots qui conviennent très bien à une situation à symptomatologie névrotique.

Alors l’inconscient ne pouvant plus se manifester au travers du conscient va se manifester à notre insu par des gestes et des mouvements incontrôlés, des maladresses, des actes manqués, des oublis, des lapsus, des rêves et des manifestations pathologiques. On rate un étage dans l'ascenseur parce qu’on a appuyé sur le mauvais bouton, on va à la poste alors qu’on voulait récupérer le gamin à l’école et au pire on l'oublie dans la voiture avec 40°dehors…

En psychanalyse la symptomatologie névrotique apparaît lorsque le Surmoi écrase le Ça.

Or, le Ça, c’est justement ça que l’on cherche, car dans le Ça se trouve le réservoir premier de notre énergie psychique — « Du point de vue économique, le ça est pour Freud le réservoir premier de l’énergie psychique ; du point de vue dynamique, il entre en conflit avec le moi et le surmoi qui, du point de vue génétique, en sont des différenciations ».

Quand cette énergie est écrasée et bien il se passe ce qu’il y a écrit ci-dessus : le Surmoi écrase le Ça.

Mais que se passerait-il si ce Ça (complètement inconscient) qui est notre réservoir psychique premier venait à faire rompre le Surmoi qui l’écrase dans la névrose, comme on ferait rompre un barrage ? Et bien ce Ça s’engouffrerait dans la conscience que nous avons de nous-mêmes, c’est-à-dire de notre Moi.

On passerait de la situation A à la situation B (ce qui reviendrait « à rêver tout éveillé » et à ne plus savoir faire la différence d’avec la « réalité »). C’est pourquoi le titre de l’œuvre de Lewis Carroll s’intitule : Alice au pays des merveilles ! Nous essayons tous de nous souvenirs de nos rêves, ils ont tant à nous dire, à nous apprendre sur nous-mêmes.

Stéphanie Fink et Pascal Patry vous invitent à participer à cet atelier pour parler de ces méthodes et vous proposer des exercices initiatiques qui vous permettront ensuite d’aller plus loin. En effet, la tarologie et l’astrologie sont deux autres méthodes pour aller sonder nos profondeurs.


__________


Pour les dates de cet atelier,

merci de vous reporter au calendrier


Lieu : 18a rue du Petit Magmod 67 610 La Wantzenau 


Réservation : enfance67parentalite@gmail.com

Téléphone : 06 13 72 02 58


Places limitées à 8 personnes, inscription obligatoire Participation à l’atelier : 50 €


Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager par e-mail Imprimer
Atelier astrologie Navigation Ateliers Accompagnement Plan du site Mentions légales Les grands dossiers Contact Articles Questionnements Tables rondes